Les Français et les logements écologiques - Faits et chiffres

En France, le secteur du bâtiment est responsable pour près d'un quart des émissions de gaz à effet de serre (GES), dont à peu près deux tiers sont produits par le secteur résidentiel. De ce fait, l'État français a mis en place plusieurs aides publiques ainsi que le plan France Relance afin de combattre les émissions de GES générées non seulement par le secteur immobilier mais aussi par d'autres secteurs tels que l'agricole ou celui des transports.

De nouvelles mesures adoptées par l'État français pour lutter contre les GES

En effet, parmi les objectifs de l'État en ce qui concerne le logement se trouvent l'interdiction de mettre son logement à la location s'il appartient à une classe énergétique F ou G à partir du 1er janvier 2028, ou l'élimination des logements très énergivores, aussi appelés « passoires thermiques », pour 2030. Pour ce faire, entre 2021 et 2022, le gouvernement va investir 6,7 milliards d'euros pour effectuer des travaux de rénovation énergétique dans les logements privés, publics et sociaux, ainsi que dans les Très Petites Entreprises (TPE) et Petites et Moyennes Entreprises (PME).

La loi Climat et Résilience du 22 août 2021, s'appuyant sur les nouveaux diagnostics de performance énergétique (DPE) du 1er juillet 2021 (étiquette énergie et étiquette climat), met à jour la définition d'un logement dit « décent ». Ces logements étant définis jusqu'alors en tant que des logements ayant une consommation inférieure à 450 kWh/m2/an en France métropolitaine, c'est-à-dire appartenant aux classes énergétiques entre A et F. Ainsi, avec cette nouvelle loi, les exigences de décence du logement pour la métropole vont changer dans les années à venir, ces exigences vont être ajustées au fur et à mesure : à compter du 1er janvier 2028 seulement les logements entre les classes A et E seront considérés « décents », et à partir du 1er janvier 2034 uniquement les logements entre les classes A et D seront considérés comme tels. Par ailleurs, dans les territoires d'Outre-Mer ces changements vont se produire un peu plus tard par rapport à la métropole.

Ces modifications concernent surtout le parc privé locatif, où 39 % des logements étaient des passoires thermiques en 2021, et 9 % appartenaient à la classe d'énergie E sur la même période. Ainsi, près de la moitié de ces logements ne pourront pas être loués en 2034 si des travaux de rénovation énergétique ne sont pas entamés avant. En outre, diverses obligations vont être imposées pour les propriétaires-bailleurs qui louent leurs logements classés actuellement entre E et G telles que l'interdiction d'augmenter le loyer ou de renouveler un bail.

Les travaux de rénovation énergétique et les énergies renouvelables en France

Les Français, très conscients de ces mesures ainsi que de l'impact sur l'environnement et le climat des émissions de GES élevées mais aussi de la réduction que cela représenterait sur leurs factures d'énergie, sont pour l'habitat collectif et la rénovation des anciens logements énergivores. Par ailleurs, près de la moitié considéraient qu'il était nécessaire de réaliser des travaux de rénovation énergétique dans leur bien immobilier en 2021. Ainsi, en septembre 2021, le budget accordé pour effectuer ces travaux s'élevait à environ 2.250 euros.

Assez souvent, ces travaux de rénovation énergétique amènent les Français à choisir des installations utilisant des énergies renouvelables (EnR). Effectivement, environ 22 % des Français en 2020 avaient le projet d'investir dans une ou plusieurs EnR pour leur logement. Parmi les avantages que procurent les EnR installées à domicile les Français citaient le plus en 2021 l'indépendance énergétique, le confort du logement ou le respect de l'environnement, étant donné qu'elles émettent moins de CO2 que les énergies traditionnelles. Ainsi, il n'est pas étonnant de constater que la majorité des Français accordent leur confiance aux EnR, l'énergie solaire thermique étant la source d'énergie préférée des Français, suivie de la pompe à chaleur (PAC) et de l'énergie photovoltaïque.

Un monde plus vert est en effet possible. Ainsi, parier sur les EnR ainsi que sur des matériaux de construction et d'aménagement écologiques s'avèrent des mesures importantes à considérer de nos jours. Construire et rénover des logements plus durables afin de réduire l'empreinte carbone de nos cocons signifie songer à combattre le réchauffement de notre planète et, par conséquent, à notre avenir.

Indicateurs importants

Les indicateurs clés vous fournissent un aperçu exhaustif du thème "Les Français et les logements verts" et vous dirigent directement aux statistiques correspondantes.

Les travaux de rénovation énergétique en France

Les Français et la consommation d'énergie

La qualité de l'air à l'intérieur des logements français

Les Français et les logements verts

Dossier sur le thème

Toutes les statistiques importantes, préparées par nos experts – à télécharger directement sous format PPT et PDF !
TOP SELLER

Les Français et les logements écologiques - Faits et chiffres

En France, le secteur du bâtiment est responsable pour près d'un quart des émissions de gaz à effet de serre (GES), dont à peu près deux tiers sont produits par le secteur résidentiel. De ce fait, l'État français a mis en place plusieurs aides publiques ainsi que le plan France Relance afin de combattre les émissions de GES générées non seulement par le secteur immobilier mais aussi par d'autres secteurs tels que l'agricole ou celui des transports.

De nouvelles mesures adoptées par l'État français pour lutter contre les GES

En effet, parmi les objectifs de l'État en ce qui concerne le logement se trouvent l'interdiction de mettre son logement à la location s'il appartient à une classe énergétique F ou G à partir du 1er janvier 2028, ou l'élimination des logements très énergivores, aussi appelés « passoires thermiques », pour 2030. Pour ce faire, entre 2021 et 2022, le gouvernement va investir 6,7 milliards d'euros pour effectuer des travaux de rénovation énergétique dans les logements privés, publics et sociaux, ainsi que dans les Très Petites Entreprises (TPE) et Petites et Moyennes Entreprises (PME).

La loi Climat et Résilience du 22 août 2021, s'appuyant sur les nouveaux diagnostics de performance énergétique (DPE) du 1er juillet 2021 (étiquette énergie et étiquette climat), met à jour la définition d'un logement dit « décent ». Ces logements étant définis jusqu'alors en tant que des logements ayant une consommation inférieure à 450 kWh/m2/an en France métropolitaine, c'est-à-dire appartenant aux classes énergétiques entre A et F. Ainsi, avec cette nouvelle loi, les exigences de décence du logement pour la métropole vont changer dans les années à venir, ces exigences vont être ajustées au fur et à mesure : à compter du 1er janvier 2028 seulement les logements entre les classes A et E seront considérés « décents », et à partir du 1er janvier 2034 uniquement les logements entre les classes A et D seront considérés comme tels. Par ailleurs, dans les territoires d'Outre-Mer ces changements vont se produire un peu plus tard par rapport à la métropole.

Ces modifications concernent surtout le parc privé locatif, où 39 % des logements étaient des passoires thermiques en 2021, et 9 % appartenaient à la classe d'énergie E sur la même période. Ainsi, près de la moitié de ces logements ne pourront pas être loués en 2034 si des travaux de rénovation énergétique ne sont pas entamés avant. En outre, diverses obligations vont être imposées pour les propriétaires-bailleurs qui louent leurs logements classés actuellement entre E et G telles que l'interdiction d'augmenter le loyer ou de renouveler un bail.

Les travaux de rénovation énergétique et les énergies renouvelables en France

Les Français, très conscients de ces mesures ainsi que de l'impact sur l'environnement et le climat des émissions de GES élevées mais aussi de la réduction que cela représenterait sur leurs factures d'énergie, sont pour l'habitat collectif et la rénovation des anciens logements énergivores. Par ailleurs, près de la moitié considéraient qu'il était nécessaire de réaliser des travaux de rénovation énergétique dans leur bien immobilier en 2021. Ainsi, en septembre 2021, le budget accordé pour effectuer ces travaux s'élevait à environ 2.250 euros.

Assez souvent, ces travaux de rénovation énergétique amènent les Français à choisir des installations utilisant des énergies renouvelables (EnR). Effectivement, environ 22 % des Français en 2020 avaient le projet d'investir dans une ou plusieurs EnR pour leur logement. Parmi les avantages que procurent les EnR installées à domicile les Français citaient le plus en 2021 l'indépendance énergétique, le confort du logement ou le respect de l'environnement, étant donné qu'elles émettent moins de CO2 que les énergies traditionnelles. Ainsi, il n'est pas étonnant de constater que la majorité des Français accordent leur confiance aux EnR, l'énergie solaire thermique étant la source d'énergie préférée des Français, suivie de la pompe à chaleur (PAC) et de l'énergie photovoltaïque.

Un monde plus vert est en effet possible. Ainsi, parier sur les EnR ainsi que sur des matériaux de construction et d'aménagement écologiques s'avèrent des mesures importantes à considérer de nos jours. Construire et rénover des logements plus durables afin de réduire l'empreinte carbone de nos cocons signifie songer à combattre le réchauffement de notre planète et, par conséquent, à notre avenir.

Contact

Des questions ? Nous nous ferons un plaisir de vous aider.
Statista Locations
Contact Temitope Ifekoya
Temitope Ifekoya
Customer Relations

Lun - Ven, 9:00 - 18:00 h (EST)

Contact Vianny Gutierrez-Cruz
Vianny Gutierrez-Cruz
Sales Manager– Contact (États-Unis)

Lun - Ven, 9:00 - 18:00 h (EST)

Contact Ziyan Zhang
Ziyan Zhang
Customer Relations– Contact (Asie)

Lun - Ven, 9:00 - 10:00 h (IST)

Contact Kisara Mizuno
Kisara Mizuno
Customer Success Manager– Contact (Asie)

Mon - Fri, 9:30am - 5:30pm (JST)

Contact Lodovica Biagi
Lodovica Biagi
Director of Operations– Contact (Europe)

Lun - Ven, 9:00 - 18:00 h (GMT)

Contact Catalina Rodriguez
Catalina Rodriguez
Key Account Manager - LAC– Contact (Amérique latine)

Lun - Ven, 9:00 - 18:00 h (EST)