Les dépenses publiques en France - Faits et chiffres

Des partis à la Commission européenne en passant par le Fonds monétaire international, réduire les dépenses publiques est devenu le leitmotiv de bon nombre d’institutions à la fois politiques et économiques.


Avec une dette dépassant les 95 % du Produit intérieur brut (PIB), la France fait partie des pays membres de l’Union européenne les plus endettés. Et les prévisions sur son évolution ne sont pas optimistes : elle devrait augmenter de deux points entre 2014 et 2017 pour atteindre 97,3 % du PIB.
Quant au déficit public, s’il tend à diminuer depuis 2010, il gravitait autour des 4 % du PIB en 2014, ce qui représente plus de 84 milliards d’euros.

Pour ramener ses comptes à un niveau acceptable, comme il s’y est engagé en signant les traités européens, le gouvernement français doit donc mettre en place des baisses de dépenses rapides et efficaces.

Sur toute la répartition du budget de l’État, ce sont les prestations sociales qui sont principalement visées par les coupes budgétaires. Elles sont en effet perçues comme étant l’origine principale de la dette publique et, dans le climat actuel de morosité économique, d’aucuns préconisent avec ferveur la baisse de telles dépenses.

Si les dépenses sociales représentaient effectivement près de 32 % du PIB en 2014, elles ne constituent pas pour autant la majeure partie du budget de l’État français.

Au total, la France a déboursé environ 463 milliards d’euros en 2014. Parmi toutes ces dépenses, ce sont les engagements financiers de l’État ainsi que le remboursement de la dette qui absorbent plus de 150 milliards d’euros chaque année, tandis que 13 milliards d’euros sont alloués à la solidarité et à l’insertion et six milliards pour les régimes sociaux et les retraites des Français.
Le deuxième principal pôle de dépenses est l’éducation, suivie par la défense, qui accapare plus de 10 % du budget total de la France.

Bien que les frais du palais de l’Élysée aient diminué depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande, les élus et personnalités politiques continuent de représenter des dépenses publiques non négligeables : le président de la République perçoit ainsi un salaire mensuel brut de presque 15.000 euros. Quant aux députés et sénateurs, ils ont droit à des indemnités brutes de 7.100 euros par mois.
La rémunération des salariés du service public, elle, a coûté à l’État près de 120 milliards d’euros en 2014.

En savoir plus

Les dépenses publiques en France - Statistiques importantes

Ces statistiques pourraient également vous intéresser

Toutes les données sur un sujet dans un même dossier

Les dépenses publiques en France
  • Préparé par notre équipe éditoriale
  • Téléchargement sous format PPT/PDF
  • Accès immédiat
  • 250 €

Vous avez d'autres questions&nbsp;?<br /> Nous serons ravis d'y répondre !

Vous avez d'autres questions&nbsp;?<br /> Nous serons ravis d'y répondre !

Contactez nous&nbsp;! C’est facile, rapide, et nous serions ravis de vous aider&nbsp;!

Contactez nous&nbsp;! C’est facile, rapide, et nous serions ravis de vous aider&nbsp;!

Comment nous contacter

Vous pouvez utiliser notre formulaire de contact ou consulter notre FAQ.
Vous pouvez également vous adresser directement à notre service clients.