La pédocriminalité en France - Faits et chiffres

La pédocriminalité, plus communément appelée « pédophilie », désigne les violences et crimes sexuels commis sur des mineurs. Elle comprend ainsi le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles (attouchements) et le viol (soit, selon la loi, une pénétration non consentie).

Considérée par la société comme l’un des pires crimes pouvant être commis, la pédophilie est pourtant bien plus courante qu’on ne le croit : en 2018, plus de 23.500 mineurs ont été victimes de violences sexuelles.

Tabou ultime, l’inceste est lui aussi bien plus répandu qu’on ne voudrait bien l’admettre : en 2020, on estimait à 6,7 millions le nombre de personnes ayant subi un inceste au cours de leur vie, et 32 % des Français déclaraient compter dans leur entourage des victimes d’inceste.

Si certains livres publiés récemment tels que Le Consentement ou La Familia grande ont permis de lever le voile sur ces crimes et libérer la parole, l’omerta reste de mise dans les affaires de pédophilie. Alors que 69 % des victimes ont dénoncé les violences subies, 67 % déclarent que cela n’a rien changé à leur situation et 74 % affirment qu’aucune plainte n’a été déposée auprès des forces de l’ordre. Comme expliqué plus bas, ce silence et cette inaction face aux crimes pédophiles peut s’expliquer par la volonté de préserver le cercle familial d’un scandale.
D’autre part, notamment après le fiasco tragique de l’affaire d’Outreau, la parole des enfants est parfois discutée.

Dans la plupart des cas, le type d’agression subie consiste en des attouchements sexuels. Néanmoins, près d’un quart des victimes de violences sexuelles pendant l’enfance ont été violées.
Si les garçons ne sont pas épargnés, la grande majorité des victimes sont des filles, plutôt âgées de moins de 12 ans. Les auteurs de ces violences, eux, sont à 95 % des hommes.

Le plus souvent commises par un ou plusieurs membres de la famille, ces agressions se déroulent généralement au domicile familial ou dans le cercle familial élargi. Les cas de viol sur mineur par un inconnu sont très minoritaires (11 %). Toutefois, l’âge avançant, les violences sexuelles subies par des adolescents de plus de 13 ans ont plutôt tendance à se produire dans un cadre festif.

Dans presque la moitié des cas, ces violences sexuelles ne se produisent qu’une fois. Cependant, 23 % des victimes se sont retrouvées à la merci de leur agresseur pendant un à dix ans.

Mais que ces violences aient été ponctuelles ou récurrentes, le traumatisme reste souvent le même pour les victimes et impacte toutes les strates de la vie d’une personne : sexuelle, mentale, sociale, familiale, professionnelle et physique. Plus de la moitié des victimes rapportent avoir connu des épisodes dépressifs et souffrir de troubles anxieux et phobiques. 22 % ont déjà tenté de mettre fin à leurs jours. Enfin, plus vulnérables, 30 % des victimes de violences sexuelles pendant leur enfance subissent à nouveau d’agressions sexuelles une fois adulte.

Indicateurs importants

Les indicateurs clés vous fournissent un aperçu exhaustif du thème "La pédocriminalité en France" et vous dirigent directement aux statistiques correspondantes.

Victimes

Agresseurs et contexte

Statistiques intéressantes

Dans les 5 chapitres suivants, vous trouverez rapidement les 33 statistiques les plus importantes sur le thème "La pédocriminalité en France".

La pédocriminalité en France

Dossier sur le thème

Toutes les statistiques importantes, préparées par nos experts – à télécharger directement sous format PPT et PDF !
TOP SELLER

La pédocriminalité en France - Faits et chiffres

La pédocriminalité, plus communément appelée « pédophilie », désigne les violences et crimes sexuels commis sur des mineurs. Elle comprend ainsi le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles (attouchements) et le viol (soit, selon la loi, une pénétration non consentie).

Considérée par la société comme l’un des pires crimes pouvant être commis, la pédophilie est pourtant bien plus courante qu’on ne le croit : en 2018, plus de 23.500 mineurs ont été victimes de violences sexuelles.

Tabou ultime, l’inceste est lui aussi bien plus répandu qu’on ne voudrait bien l’admettre : en 2020, on estimait à 6,7 millions le nombre de personnes ayant subi un inceste au cours de leur vie, et 32 % des Français déclaraient compter dans leur entourage des victimes d’inceste.

Si certains livres publiés récemment tels que Le Consentement ou La Familia grande ont permis de lever le voile sur ces crimes et libérer la parole, l’omerta reste de mise dans les affaires de pédophilie. Alors que 69 % des victimes ont dénoncé les violences subies, 67 % déclarent que cela n’a rien changé à leur situation et 74 % affirment qu’aucune plainte n’a été déposée auprès des forces de l’ordre. Comme expliqué plus bas, ce silence et cette inaction face aux crimes pédophiles peut s’expliquer par la volonté de préserver le cercle familial d’un scandale.
D’autre part, notamment après le fiasco tragique de l’affaire d’Outreau, la parole des enfants est parfois discutée.

Dans la plupart des cas, le type d’agression subie consiste en des attouchements sexuels. Néanmoins, près d’un quart des victimes de violences sexuelles pendant l’enfance ont été violées.
Si les garçons ne sont pas épargnés, la grande majorité des victimes sont des filles, plutôt âgées de moins de 12 ans. Les auteurs de ces violences, eux, sont à 95 % des hommes.

Le plus souvent commises par un ou plusieurs membres de la famille, ces agressions se déroulent généralement au domicile familial ou dans le cercle familial élargi. Les cas de viol sur mineur par un inconnu sont très minoritaires (11 %). Toutefois, l’âge avançant, les violences sexuelles subies par des adolescents de plus de 13 ans ont plutôt tendance à se produire dans un cadre festif.

Dans presque la moitié des cas, ces violences sexuelles ne se produisent qu’une fois. Cependant, 23 % des victimes se sont retrouvées à la merci de leur agresseur pendant un à dix ans.

Mais que ces violences aient été ponctuelles ou récurrentes, le traumatisme reste souvent le même pour les victimes et impacte toutes les strates de la vie d’une personne : sexuelle, mentale, sociale, familiale, professionnelle et physique. Plus de la moitié des victimes rapportent avoir connu des épisodes dépressifs et souffrir de troubles anxieux et phobiques. 22 % ont déjà tenté de mettre fin à leurs jours. Enfin, plus vulnérables, 30 % des victimes de violences sexuelles pendant leur enfance subissent à nouveau d’agressions sexuelles une fois adulte.

Contact

Des questions ? Nous nous ferons un plaisir de vous aider.
Statista Locations
Contact Temitope Ifekoya
Temitope Ifekoya
Customer Relations

Lun - Ven, 9:00 - 18:00 h (EST)

Contact Hadley Ward
Hadley Ward
Sales Manager– Contact (États-Unis)

Lun - Ven, 9:00 - 18:00 h (EST)

Contact Ziyan Zhang
Ziyan Zhang
Customer Relations– Contact (Asie)

Lun - Ven, 9:00 - 10:00 h (IST)

Contact Kisara Mizuno
Kisara Mizuno
Customer Success Manager– Contact (Asie)

Mon - Fri, 9:30am - 5:30pm (JST)

Contact Lodovica Biagi
Lodovica Biagi
Director of Operations– Contact (Europe)

Lun - Ven, 9:00 - 18:00 h (GMT)

Contact Catalina Rodriguez
Catalina Rodriguez
Key Account Manager - LAC– Contact (Amérique latine)

Lun - Ven, 9:00 - 18:00 h (EST)