Distribution des « anti-masques » selon l'orientation politique en France 2020

Avec la rentrée de septembre 2020 et la hausse du nombre de nouveaux cas de COVID-19 jugée « préoccupante » par l’agence de sécurité sanitaire Santé publique France, le port du masque est devenu obligatoire au sein des entreprises, dans les établissements scolaires, mais aussi dans les rues de plusieurs villes françaises. Certaines voix se sont alors élevées contre ces nouvelles réglementations jugées liberticides. Bien que faisant partie d'un groupe plutôt hétérogène, ces « anti-masques » sont près de 30 % à se situer à droite de l'échiquier politique.

La généralisation du port du masque

Si les épidémiologistes se refusent encore à parler de seconde vague de coronavirus, les chiffres sont incontestables : le nombre de nouveaux cas est en hausse depuis le mois d'août en Europe. Avec un taux de positivité à la Covid-19 supérieur à 4 %, la France fait partie des pays européens les plus touchés par ce phénomène.
Écartant la mise en place un deuxième confinement et en l'absence de vaccin efficace contre la maladie, le gouvernement français ainsi que plusieurs villes de France ont décidé de rendre le port du masque de protection obligatoire dans les lieux publics clos et parfois aussi en extérieur.
L'usage du masque dans les lieux publics n'est pourtant pas nouveau : il s'est généralisé au fil des mois jusqu'à atteindre un taux d'usage supérieur à 80 %.

Une utilité contestée sur fond de défiance générale

Si les « anti-masques » sont plutôt minoritaires au sein de la population française et moins visibles que dans d'autres pays comme les États-Unis ou encore l'Allemagne, ils sont néanmoins bien présents. Selon eux, non seulement le port d'un masque obligatoire atteint à leurs libertés individuelles, mais ils contestent l'efficacité même de ce dispositif et ce, malgré les discours officiels des experts expliquant l'intérêt d'un port de masque généralisé.
Le positionnement anti-masque en France n'a pas émergé seul, il s'est au contraire développé à la faveur de biais divers. D'abord, et alors qu'un climat de défiance à l'égard des institutions politiques ne cesse de croître, le discours des pouvoirs publics contradictoire qui arguait au printemps 2020 que l'usage du masque n'était pas souhaitable à l'échelle de la population générale avant de se raviser a pu en dérouter certains.
Cette méfiance s'étend aussi à l'univers médical, et particulièrement au secteur pharmaceutique, soupçonné d'être impliqué dans plusieurs théories complotistes. Ainsi, et poussée par l'influence grandissante des fake news, une partie de la population française soupçonne les laboratoires d'avoir intentionnellement mis au point le nouveau coronavirus Sars-Cov-2.

Répartition des Français opposés au port du masque obligatoire en 2020, selon la proximité politique

Statistique en cours de chargement...
Connectez-vous afin de pouvoir télécharger cette statistique
S‘inscrire gratuitement
Déjà membre ?
Se connecter
Afficher les sources de données détaillées ?
S'inscrire gratuitement
Déjà membre ?
Se connecter
Source

Date de publication

Septembre 2020

Région

France

Période d’enquête

10 - 19 août 2020

Nombre de personnes interrogées

1.000 personnes interrogées

Caractéristiques particulières

membres de groupes Facebook s’opposant au port du masque

Type d’entretien

Questionnaire

Votre accès illimité à Statista pour 588 € / année seulement
Compte Standard
Apprenez à connaître Statista

Accès limité aux statistiques standard.

Compte Single
Pour approfondir
  • Accès immédiat à un million de statistiques
  • Téléchargement sous XLS, PDF & PNG
  • Sources détaillées
49 € / mois *
Compte Corporate
Accès complet

Totalité du contenu pour les entreprises.

* prix HT
   Facture annuelle, souscription 12 mois min.

Statistiques à propos de: "Le coronavirus (COVID-19)"

Contenu supplémentaire : Cela pourrait également vous intéresser

Votre accès illimité à Statista pour 588 € / année seulement
Découvrez comment Statista peut aider votre entreprise.