Les femmes et le sport - Faits et chiffres

La pratique sportive des femmes est intrinsèquement liée à la place de celles-ci dans la société et au combat pour l’égalité entre les sexes. Ainsi, en 1900, les femmes font leur apparition aux Jeux olympiques pour la première fois : elles ne seront alors que 22 pour 975 hommes. Les deux premières championnes olympiques sont Margaret Abbott et Charlotte Cooper, et en 1917, Alicie Milliat, sportive française, fonde la Fédération sportive féminine internationale. Ce combat a porté ses fruits puisqu’en 2016, 4.700 femmes participent aux Jeux olympiques, représentant 45 % des participants.


En 2013 en France, le plan de féminisation des fédérations sportives devient obligatoire. Il implique notamment de féminiser les instances dirigeantes. À titre d’exemple, en 2014, les femmes représentent un tiers des personnes présentes dans les bureaux nationaux de la Fédération française de tennis, mais elles sont absentes de ces bureaux dans la Fédération française de rugby. 37,5 % des licences délivrées dans les fédérations sportives le sont à des femmes en 2015. Elles représentent près de 86 % des licenciés de la Fédération française de danse en 2014, et le nombre de licences délivrées à des femmes est le plus important en équitation cette même année. En revanche, elles ne représentent que 5,3 % des licenciés en football et rugby, ce qui dévoile les préjugés sur le genre perçu de certains sports.

Le fait d’être licencié dans une fédération sportive, que ce soit pour les femmes ou pour les hommes, est concentré pendant l’enfance et l’adolescence, entre 5 et 19 ans, âge où la pratique du sport est la plus mise en avant par l’État et la société, et où il y a davantage de temps libre. Néanmoins, certaines fédérations connaissent une pyramide des âges différente, comme la Fédération française de la randonnée pédestre, dont la majorité des licenciées est âgée entre 55 et 74 ans.

En 1991, la FIFA reconnaît le football féminin et la première Coupe du monde est organisée par la suite à Pékin. En moyenne, l’édition de 2015 qui a vu la victoire du Japon a connu un nombre de spectateurs supérieur à 26.000 par match. Fin 2015, les États-Unis étaient par ailleurs leader du classement mondial FIFA. Plus d’un quart des Français se déclaraient intéressés par le football féminin en 2015 et 85 % environ souhaitaient que sa pratique et sa médiatisation soient plus développées.

Le sport féminin est effectivement confronté au défi de sa sous-médiatisation. Il représente ainsi 15 % de la diffusion télévisuelle sportive en France en 2014. Il s’agit d’une des causes de l’écart de salaire important qui existe entre les sportifs en fonction de leur sexe : un footballeur professionnel perçoit en moyenne 12.000 euros de salaire brut mensuel contre 3.500 pour une footballeuse professionnelle. La lutte contre cette inégalité qui se retrouve dans l’ensemble de la société est un combat majeur du mouvement féministe.

En savoir plus

Les femmes et le sport - Statistiques importantes

Ces statistiques pourraient également vous intéresser

Toutes les données sur un sujet dans un même dossier

Les femmes et le sport
  • Préparé par notre équipe éditoriale
  • Téléchargement sous format PPT/PDF
  • Accès immédiat
  • 250 €

Plus de thèmes intéressants sur l'industrie « Sport et santé physique »

Vous avez d'autres questions ?
Nous serons ravis d'y répondre !

Vous avez d'autres questions ?
Nous serons ravis d'y répondre !

Contactez nous ! C’est facile, rapide, et nous serions ravis de vous aider !

Contactez nous ! C’est facile, rapide, et nous serions ravis de vous aider !

Comment nous contacter

Vous pouvez utiliser notre formulaire de contact ou consulter notre FAQ.
Vous pouvez également vous adresser directement à notre service clients.